N°100 Quand mon corps parle !

N°100 Quand mon corps parle !

Le corps parle : le mien oui, et le vôtre ? « Quand mon corps parle » que dit-il ? À moi ? Aux autres ? Et que comprendre ? Plaisir, désir, passion, tristesse, colère, impatience, sérénité… Mon corps change de couleur, d’allure ou de rythme selon ma vie intérieure, selon ce qui se passe autour de moi. Mon corps est aussi mon outil d’expression… vers les autres. Comment peut-on l’utiliser ?

Dans cette édition n° 100 de Globules, tout d’abord : mon corps me dit quand j’ai faim, quand j’ai sommeil. Quand je suis ému (e) mon visage change de couleur, quand je suis amoureux(se), je parle trop vite ou au contraire je me renferme sur moi, je ne sais plus ou j’en suis. Quand je suis fatigué(e), je baille et quand je suis contrarié(e), je fronce les sourcils. Pour comprendre comment et pourquoi notre corps réagit ainsi, les reporters de Globules ont tout d’abord posé leurs questions à Benoit Cotigny, psychologue clinicien et psychothérapeute. Côté pathologique, le corps s’exprime, devient intempestif : une angoisse nous donne mal au ventre, mal au cœur, mal de dos (plein le dos) et inversement. Les Dr Sylvie Aulanier et Fatou Dieng, médecins généraliste au Havre nous aident à décrypter nos malaises corporels, à y repérer ce que notre corps nous dit.

Enfin, le corps est un moyen pour s’exprimer, vecteur de communication avec autrui. Pour éclairer cette parole du corps vue sous cet angle, Globules a rencontré un artiste danseur et chorégraphe, Dominique Boivin de la Cie BEAU GESTE, de Val de Reuil.

Lisez Globules, les interviews de nos experts régionaux qui acceptent avec gentillesse et intérêt de rencontrer des jeunes, découvrez les questions, les textes et les illustrations de celles et de ceux qui les font, et qui donnent ce ton si particulier à notre revue. Bonne lecture

En ces temps mi-soleil mi-orage, nous vous souhaitons à toutes et à tous une bonne rentrée des classes, pleine de projets et de résolutions !

Prenez- soin de vous et des autres !

Christine Ternat

Feuilletez le n° 100 !